Meïkhâneh

MEIKHANEH

Egalement dans cette rubrique

Ottilie [B] invite Denis Péan & Christine Salem « :Passage :» La Maîtresse des ombres Les Dames de la Joliette Roxane Martin - « Klezmer Mood » Corou de Berra - « 4+1 » Kyab Yul-Sa - « Résonance d’Exil(s) » Trio Bertolino - « Trouvailles » Sébastien Bertrand - « Traversées Diatoniques » San Salvador - « La Grande Folie » Ay Lali !.. - Françoise Atlan Chet Nuneta Trio Brou/Hamon/Quimbert La Soustraction des Fleurs - Le Jardin des Jardins Râga Klezmer - Denis Cuniot Depuis sept ans sur les routes... Légendes - Oeuvre pour Grand Ensemble de galoubets-tambourins Poèmes cardinaux #5 - Neo Cimbalum Mundi Bayati (Bretagne / Orient) Venue d’Ailleurs : Valentin Clastrier & Hervé Birolini Le Jardin des Nuits - Eric Montbel Lo Còr de la Plana & Roland Pécout Bélouga Quartet TURBO SANS VISA Beatiho : Guylaine Renaud et Beñat Achiary chantent Thérèse d’Avila et Jean de la Croix Erol Josué [Haïti] Chants vaudou et contredanses L’Hijâz’Car Dernier des Mohicans, avant-dernier des Occitans Paratge Forabandit The Samuraï Combi | Quenehen Si la Lune s’arrête, où irons nous chanter la nuit ? Musicalité et vocalité féminine en Méditerranée Le Bus Rouge .G Cie Montanaro A la vie, à la mort : Collectif ARFI & Laurence Bourdin Meditrio, à la rencontre du chant sicilien The Samuraï Trio Chemirani Oneira Jacky Molard Quartet & Founé Diarra Trio - N’Diale Meditrio Alain Blessing & Senem Diyici La Mal Coiffée Chants de Bretagne et d’Occitanie Eric Montbel, Bruno Letron & Cie Red Rails DuOud Sloï & Yannick Jaulin, La tournée du Ponant Chin na na poun Yom, king of klezmer clarinet (hommage à Naftule Brandwein) Rassegna

En résidence de création au Chantier du 16 au 20 mars 2015

Maria Laurent  chant, morin khuur (vièle cheval), tovshuur (luth mongol)
Johanni Curtet  khöömii (chant diphonique), chant de gorge, guitare acoustique, dombra (luth kazakh), chœurs
Milad Pasta  tombak, daf (percussions iraniennes), udu drum, tambourin, chœurs
  
Bijan Chemirani  conseiller musical

 

> De l’Europe à la Mongolie, en passant par l’Iran
> Projection-conférence : « Le chant diphonique mongol »
> Le chant diphonique Khöömii
> Biographies : Maria LAURENT
> Johanni CURTET - musicien, diphoneur et ethnomusicologue
> Milad PASTA
> Les RENDEZ-VOUS à ne pas manquer
> Tarifs & infos pratiques

 

De l’Europe à la Mongolie, en passant par l’Iran

« Meïkhâneh prend le train, monte à cheval, et use ses trois paires de bottes sur des kilomètres de chemins. Meïkhâneh invente une musique qu’on entendrait dans les steppes iraniennes de Lisbonne ! Un paysage hybride et singulier où l’on se laisse emmener jusqu’à "la maison de l’ivresse" ».

Nourri des musiques traditionnelles, le trio rennais crée un univers sonore inattendu et généreux, tissant entre elles les influences de chacun des musiciens. La voix évoque le fado, les chants bulgares et le chant diphonique mongol, portée par une guitare voyageuse et des rythmiques d’Iran et d’ailleurs.

 

Projection-conférence :
« Le chant diphonique mongol » - Johanni Curtet

Projection du film « Maîtres de chant diphonique », de J.F. Castell (2010)

Johanni Curtet est musicien, diphoneur et ethnomusicologue, spécialisé dans le khöömii (chant diphonique mongol). Ses recherches l’ont amené jusqu’en Mongolie pour apprendre la langue et la culture mongoles.

 

Johanni Curtet - Maîtres de chant diphonique - documentaire de Jean-François CASTELL
Johanni Curtet - Maîtres de chant diphonique - documentaire de Jean-François CASTELL

 

Le chant diphonique Khöömii

On localise le chant diphonique khöömii dans plusieurs parties du monde et notamment en Asie centrale, dans les montagnes de lʻAltaï. En Mongolie, plusieurs groupes ethniques, tels que les khalkh, touva, altai uriankhai, zakhchin et bayad, pratiquent le chant diphonique à lʻheure actuelle. « Khöömii » est un terme générique qui définit la technique vocale d’une seule personne superposant intentionnellement plusieurs sons simultanément avec sa voix, mais principalement deux sons distincts : une mélodie d’harmoniques chantée au-dessus d’un son fondamental appelé "bourdon". Les harmoniques viennent du bourdon vocal et sont extraites (ou "rendues possible") grâce à une pression simultanée du pharynx et du diaphragme. Pour effectuer une mélodie d’harmoniques, le chanteur, ou "khöömiich", déplace sa langue à lʻintérieur de sa bouche. Les techniques de modulation de la langue sont nombreuses. En mongol, "Khöömii" signifie littéralement "pharynx". Il est pratiqué par les hommes le plus souvent, mais aussi par les femmes depuis deux générations. On trouve en Mongolie une multitude de techniques. Elles se regroupent sous deux styles principaux : le kharkhiraa (khöömii profond) et lʻisgeree khöömii (khöömii sifflé).

 

Biographies : Maria LAURENT

Maria Laurent a étudié la flûte traversière et le traverso au Conservatoire de Rennes. Elle a obtenu un Master de musicologie à l’Université de Rennes II et un Diplôme Universitaire de Musicien Intervenant. Elle fonde en 2004 l’ensemble vocal Portotrio, dont le répertoire polyglotte est constitué de chants du monde arrangés pour trois voix et percussions. Au sein de ce trio, elle expérimente diverses techniques et timbres vocaux, tels que les voix pleines des musiques de l’Est, le timbre oriental des chansons judéo-espagnoles, ou encore la voix lyrique, et acquiert une aisance dans la prononciation des langues étrangères. Influencée à la fois par le fado, le blues, Bjork ou le folk américain, elle explore différentes textures vocales, en langue inventée, en bulgare ou en anglais, contant des histoires étranges.

 

Johanni CURTET - musicien, diphoneur et ethnomusicologue

Il a appris la guitare classique auprès de Jean-Loup Gautret et Hervé Merlin (Conservatoire de Rennes) tout en se formant à la musique de chambre avec le quatuor de guitare Merienda. Suite à cela, il se tourne vers des pratiques musicales relevant de l’oralité, influençant son jeu entre l’Asie et l’Afrique.

Pendant 10 ans, Johanni Curtet se plonge dans l’apprentissage de la musicologie et de l’ethnomusicologie à l’Université Rennes 2, et se spécialise dans le khöömii (chant diphonique mongol). Depuis 2004, il est lauréat de plusieurs bourses qui lui permettent d’effectuer ses recherches en Mongolie et d’apprendre la langue et la culture mongoles. Formé d’abord par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel vient du maître Tserendavaa Dashdorj dans les steppes montagneuses de l’Altaï, et d’Odsuren Baatar à l’Université d’Art et de Culture d’Oulan Bator. Directeur artistique de l’association Routes Nomades, il organise et produit des tournées de chant diphonique mongol, et accompagne son maître Tserendavaa et son fils Tsogtgerel sur scène dans de nombreux festivals.

Son influence africaine lui vient d’un long séjour au Cameroun. En participant comme formateur et organisateur aux deux premières éditions de Voix du Sahel à Garoua, Cameroun et à N’Djamena, Tchad (programme transsaharien Azalaï initié par Culturesfrance), il partage la musique aux côtés de Camel Zekri, Yacouba Moumouni, Alpha Barry, Mounira Mitchala, mais aussi de nombreux musiciens locaux camerounais (Équipe du Sud, Douala, griots du Nord Cameroun) et tchadiens.

Ce croisement des cultures se synthétise dans les compositions de Meïkhâneh, avec qui il continue de se former en se rapprochant d’une influence majeure, celle de Thierry Robin, grâce à deux master classes organisées avec lui par DROM en 2013 et 2014.

 

Johanni a enseigné le khöömii à l’Université Rennes 2, au Théâtre de la Ville, pour la Kreiz Breizh Akademi (DROM), dans des festivals comme Les Orientales ou Les Suds à Arles, et continue de le transmettre à la Cité de la musique, au C.P.F.I., pour diverses associations et groupes de diphoneurs amateurs (Tortue Écarlate) ou en cours particuliers.

Ses recherches sur le chant diphonique mongol sont accessibles à travers des écrits : notamment une thèse de doctorat intitulée « La transmission du höömii, un art du timbre vocal : ethnomusicologie et histoire du chant diphonique mongol » (Université Rennes 2), et quelques articles universitaires. En 2010, à la demande de la commission nationale de la Mongolie pour l’UNESCO, il a participé à la réalisation du dossier de nomination du khöömii pour son inscription sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité à l’UNESCO.

 

Milad PASTA

Milad Pasta est un percussionniste iranien autodidacte. Il joue du tombak, du daf et de la cruche udu. Il suit des cours avec Jamshid Chemirani. Il a fondé et présidé l’Association Nomade pendant plusieurs années, et y a créé diverses manifestations interculturelles. Il a notamment organisé en collaboration avec le Théâtre de la Ville de Pris, les Quatre Chemins, une série de rencontres avec des musiciens, cinéastes et photographes venus d’Iran. Dans les groupes avec lesquelles il joue, il expérimente les rythmes de différentes traditions musicales, des techniques nouvelles de jeu sur les instruments traditionnels, les liens entre langage et rythme. En 2010, il a rejoint le groupe Portotrio, où chante également Maria Laurent. Cette formation, composée uniquement de voix et de percussions lui permet d’explorer un jeu sobre et épuré. Il enseigne le tombak au Centre du Patrimoine de la Facture Instrumentale, au Mans.

 

Les rendez-vous à ne pas manquer

> Projection-Conférence : Mercredi 18 mars, 20h00, Fort Gibron, CORRENS

> Étape musicale - Concert : Vendredi 20 mars, 20h30, Fort Gibron, CORRENS

> Étape musicale Pitchoun : Jeudi 19 mars, 09h30 & 11h00, Fort Gibron, CORRENS
Concert pédagogique pour les écoles du territoire*

 

INFOS PRATIQUES

Etape musicale-concert :

Tarif plein : 10€
Tarif réduit* : 8€
- de 12 ans : Gratuit

*Tarif réduit : - de 18 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires RSA, adhérents

RÉSERVATION CONSEILLÉE : 04 94 59 56 49

 

OFFRE PASS 3 CONCERTS !
Bénéficiez d’un tarif exceptionnel pour assister aux 3 concert du Chantier, de février à mai 2015 : PASS 3 CONCERTS (20€)

 

> Accès, hébergement, infos pratiques

Billetterie

 

Production :
Association Cas Particuliers (Meïkhâneh), Routes Nomades (projection-conférence)

Coproduction :
Le Chantier - Centre de création de nouvelles musiques traditionnelles & musiques du monde, la Péniche Spectacle (35), le Pôle Sud (35), le Forum (56)

 

 

Partager cette page :

 

Les Joutes musicales - festival des musiques du monde

Festival des nouvelles musiques traditionnelles & musiques du monde Pendant 3 jours, avec plus de 30 concerts intimistes et festifs, les Joutes musicales sont un festival unique et (...)

 

Les Étapes musicales Pitchoun

Temps de rencontre avec les artistes qu’il accueille en résidence, l’objet des Étapes musicales Pitchoun est à la fois de confronter les enfants au processus de création artistique, et (...)

Sensibilisation

Depuis sa création en 2001, le Chantier met au centre de ses préoccupations et de son projet la sensibilisation des publics aux nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde. La mission (...)

 

Poulpe Connexion : collectif des festivals des musiques du monde en Provence

Le collectif des festivals des musiques du monde en Provence p

Reflexion

La création, dans le champ des musiques traditionnelles et du monde, relève plus du domaine de la pratique que de la réflexion, en raison de transmissions le plus souvent orales. L’objet du (...)

 

Article 9

Article 9 est né en 1991 sous le signe de l’amitié. Le chant de ce groupe improbable aurait dû s’arrêter avec celui des cigales. Mais, la vendange terminée, le plaisir d’être (...)

Equinòxis : rencontres autour du chant traditionnel

Inspiré des rencontres de chorales organisées ces quelques dernières années, le chœur Article 9 fait évoluer le concept en proposant désormais deux rendez-vous annuels. Toujours placées sous le signe de (...)

 
 

Le chantier

Billetterie
Agenda
Infos pratiques - Contact

coeurs320€ collectés personnes15 contributeurs

La page Facebook du Chantier La chane Youtube du Chantier Le Chantier sur Twitter Le Chantier sur Google + Billetterie en ligne