Vous êtes ici : Accueil > Résidences >

La Soustrak fait son Jaze - Orchestre d’hommes-orchestres

La Soustrak fait son Jaze - Orchestre d’hommes-orchestres

 

En résidence d’enregistrement du 5 au 9 décembre 2021

Atelier - Masterclass

Jeudi 08 déc. 2022 - 18:00 - Conservatoire Intercommunale de la Provence Verte (BRIGNOLES)

Concert

Vendredi 09 déc. 2022 - 20:30 - La Fraternelle (CORRENS)

 

 

La Soustrak fait son Jaze
Vrod / Aurier / Lemêtre

Création d’un orchestre d’hommes-orchestres

 

Jean François Vrod • violon
Frédéric Aurier • violon
Sylvain Lemêtre • percussions
Sam Mary • création lumières

Trio emblématique du Trad’ français, « La Soustraction des fleurs » fête ses 20 ans. Issu des musiques du Massif-central, le ramage du trio est celui de l’exploration, de la composition, de l’improvisation. Jean-François Vrod, collecteur-musicien des traditions orales, est attentif aux enjeux de l’art contemporain. Frédéric Aurier, violoniste, membre du prestigieux Quatuor Bela, joue aussi bien Ligeti et Bartok que les bourrées de son pays auvergnat. Acteur du légendaire trio « Le Cercle » (Jean Pierre Drouet, Willy Coquillat, Gaston Sylvestre), Sylvain Lemêtre s’autorise toutes les aventures, de l’ensemble Cairn au guitariste Marc Ducret, de ses duos avec Denis Chouillet (piano) ou Benjamin Flament (percussions) à ses propres solos (Sonore Boréale). 20 ans après, notre trio fait muter son intrumentarium d’origine. S’il n’a pas hésité à parer ses instruments de diverses préparations en vue d’obtenir une palette timbrale aussi riche que possible, le trio souhaite aujourd’hui poursuivre l’extension de son univers sonore.

 

Coproduction : Le Chantier, La Ferrière, Gmem CNCM (Marseille), Mucem (Marseille), Cerc (Pau), La Cité de la musique (Marseille)

 

 

Vidéo / Teaser 

Trio la Soustraction des fleurs Teaser 2020

 

 

La Soustrak fait son Jaze

En 2023, le trio La Soustraction des fleurs va fêter ses 20 ans. L’âge de raison, sans doute... l’âge de raison peut-être… Fondé par le violoniste Jean-François Vrod issu des musiques orales du massif-central français, le trio occupe dès ses débuts une place à part dans le paysage musical français. Si ses racines sont clairement identifiées, son ramage est celui de l’exploration, de la composition et de l’improvisation. Bref, celui de la création. Ainsi, le trio navigue sans complexe dans des contextes très divers, du festival de musiques traditionnelles au concert de musique contemporaine.
Plusieurs spectacles, concerts, enregistrements, collaborations avec d’autres univers artistiques ont vu le jour faisant de ce trio un riche espace d’échanges artistiques.

Jean François Vrod est à la fois pétri de son histoire de collecteur-musicien des traditions orales du domaine français et également fort attentif aux enjeux de l’art contemporain dans toutes ses expressions.
Frédéric Aurier, violoniste membre du prestigieux Quatuor Bela est un instrumentiste complet jouant tout aussi bien Ligeti et Bartok que les vieilles bourrées auvergnates du pays dont il est originaire. Ajoutons qu’il est aussi un compositeur aujourd’hui reconnu dans le paysage musical savant.
En digne descendant de la lignée de percussionnistes français menant au légendaire trio de percussions Le Cercle (Jean Pierre Drouet, Willy Coquillat, Gaston Sylvestre), Sylvain Lemêtre s’autorise toutes les aventures musicales, des audaces contemporaines de l’ensemble Cairn à l’ensemble du guitariste Marc Ducret, de ses duos avec Denis Chouillet (piano) ou Benjamin Flament (percussions) à ses propres solos (Sonore Boréale), le tout dans une réjouissante attention à la théâtralité du plateau.

 

 

Un Orchestre d’hommes orchestres

20 ans après ses débuts, le trio décide d’interroger tout d’abord son intrumentarium d’origine (2 violons et 1 zarb). Si au cours du temps, les 3 musiciens n’ont pas hésité à parer leurs instruments de divers préparations, ont volontiers parlé, chanté en jouant, ont utilisé la podorythmie, le tout en vue d’obtenir une palette timbrale aussi riche que possible, ils souhaitent aujourd’hui encore enrichir cette palette sonore. C’est pourquoi ils imaginent pour le présent projet : un Orchestre d’hommes-orchestres
Il n’aura échappé à personne qu’un musicien se construit dans une relative solitude, mais on dira aussi que toutes les traditions musicales ont cherché des solutions pour donner une dimension polyphonique au geste musical du soliste. Ainsi, dans l’Antiquité méditerranéenne, la musique instrumentale est intimement liée à la performance orale poétique. Les Aédes grecs sont à la fois poètes, parleurs, chanteurs et musiciens comme le seront plus tard les jongleurs de l’occident médiéval ou comme le sont aujourd’hui les griots de l’Afrique de l’Ouest. Tous proposent un geste sonore polymorphe.
Bon nombre de musiciens populaires de l’espace rural européen qui jouent généralement seuls, développent eux aussi des stratégies pour sonner « large ». En rajoutant voix, pieds, grelots, bruiteurs divers, double cordes (traditions du violon populaire) picotage (traditions de cornemuse), bourdons sur l’instrument (vielles à roue, cornemuses), basses à la main gauche ( accordéons diatoniques et chromatiques), basses aux pied (école Belge Namuroise d’accordéon), cordes sympathiques ( Hardingfele norvégien)…. tous les stratagèmes sont bons pour élargir le spectre sonore.
À ce propos, on rajoutera que s’il est bien une histoire singulière dans cet aller-retour entre solitude musicale et plénitude orchestrale, c’est bien celle de la batterie qui rassemble en un seul geste les taches de trois musiciens (grosse caisse, cymbales, et caisse claire).
Quand à la musique savante, elle regorge elle aussi de multiples inventions de ce type, que ce soit dans l’écriture (partitas pour violon seul de Jean-Sébastien Bach…), dans les dispositifs instrumentaux (piano préparé de John Cage….) ou dans quelques audaces méconnues telle que celle du violoniste Nicolaus Bruhns ayant vécu au 17ème siècle, qui selon la légende s’accompagnait du clavier des basses de l’orgue de son église voisine tout en jouant du violon.
In fine, on voit alors apparaître dans diverses esthétiques des musiciens qui s’inventent leur mini-orchestre personnel pour performer bien souvent à l’extérieur. Il y a quelque chose du théâtre de rue, de la harangue, du camelot dans ce geste artistique singulier, ce qui n’est pas sans déplaire à l’humeur habituellement joyeuse du trio. Dans le jargon des musiciens populaires français, cet ensemble d’instruments hétéroclites joué par une seule personne s’appelle un « Jaze », involontaire condensé sémantique de « Jazz » (américain) et du verbe « jaser » !
Pour le présent projet, les 3 musiciens de la Soustraction des fleurs, en zoomant sur cette histoire, imaginent pour chacun d’entre eux des possibilités d’extensions instrumentales : Sets de pieds, de genoux, d’entre-jambes, préparations pour les 2 violons, élargissement instrumental autour du zarb, modificateurs acoustiques de voix, bref tout un ensemble orchestral avec lequel in fine, ils souhaitent poursuivre leur recherche compositionnelle.
Ce projet est également pour le trio l’occasion de retrouver avec plaisir un vieux compagnon de route en la personne de Sam Mary aux lumières et bricolages scénographiques.
20 ans …
20 ans déjà…

 

 

Trio La Soustraction des fleurs

Le trio La Soustraction des fleurs est un ensemble de création musicale œuvrant à partir des traditions orales du domaine français. Crée en 2003, le trio réunit Jean François Vrod (violon, voix, direction artistique), Frédéric Aurier (violon, voix) et Sylvain Lemêtre (zarb, voix) auquel s’associe Samuel Mary pour la création lumière et scénographique. Ensemble, ils frottent les silex des sons et des dits de la tradition populaire à ceux de l’improvisation, de la théâtralité et de l’écriture pour allumer leur feu.
Ils y ont déjà cuit 5 concerts-spectacles : En 2003 leur « Concert d’ouverture », en 2009 le spectacle « L’après de l’avant » à propos de la mémoire et des archives, et en 2015 « Le Jardin des jardins », un opus résolument jardinier. 2 CD ont été publiés par le Label Signature de Radio France et un troisième est paru au label Umlaut, début 2018. En 2018 leur nouveau concert : « La soustraction des fleurs se concerte » présente un répertoire totalement inédit. En 2019, ils rencontrent Cyril Isnart anthropologue du CNRS pour une conférence-concert commune sur le patrimoine. En 2021 avec l’ensemble de musique contemporaine 2e2m, ils créent le concert « Des pieds et des mains ».

 

 

La Soustrak fait son Jaze ➔ Les rendez-vous musicaux

➔ Atelier - Masterclass
jeudi 08 déc. 2022 - 18:00
- Conservatoire Intercommunale de la Provence Verte (BRIGNOLES)

➔ Concert
vendredi 09 déc. 2022 - 20:30
- La Fraternelle (CORRENS)

 

 

Informations pratiques

➔ TARIFS :

Concert
Tarif A : Tarif normal : 12€ / Tarif réduit* : 10€ / Enfants -12 ans : entrée libre

Buvette et restauration sur place :
Assiette de tapas / sandwich / soupe : 8 à 12€ (sur réservation)

Atelier-Masterclass
Entrée libre (sur réservation)

 
➔ BILLETTERIE / PRÉVENTES :

Il est fortement conseillé de réserver vos places avant votre venue sur le-chantier.festik.net

Informations : www.le-chantier.com
Billetterie : le-chantier.festik.net
Téléphone : +33 (0)4 94 59 56 49
Le Chantier : Fort Gibron, Montée du Collet - 83570 CORRENS

Modes de règlement acceptés :
CB / Chèques / Espèces / Pass Culture / e-Pass Jeunes

* Tarif réduit sur présentation d’un justificatif : Adhérent du Chantier / Étudiant / -18 ans / Bénéficiaire du RSA / Demandeur d’emploi.

 
➔ ACCÈS :

A8 sortie Brignoles › direction Le Val › Carcès › Correns.
En famille ou entre amis, pensez au covoiturage ;-)

 

 

Action culturelle

Vous souhaitez faire bénéficier des actions culturelles du Chantier dans vos classes ?
➔ Contactez Le Chantier au 04 94 59 56 49 !

 

Réserver pour : La Soustrak fait son Jaze - Orchestre d’hommes-orchestres

 

Partager cette page :

 

FESTIVAL Les Printemps du Monde

Le festival du Chantier est basé sur l’essence même de ce lieu : la création, l’action culturelle pour le jeune public, le patrimoine culturel immatériel, l’action artistique en direction des (...)

Concerts - Étapes musicales

Le Chantier organise une Étape musicale à l’occasion de chaque résidence de création qu’il accueille. L’Étape musicale est un temps de rencontre avec le public permettant aux artistes de présenter leur (...)

 

L’Éducation artistique et culturelle (EAC)

Depuis sa création en 2001, le Chantier met au centre de ses préoccupations et de son projet la sensibilisation des publics aux nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde. La (...)

Les Étapes Pitchoun

Temps de rencontre avec les artistes qu’il accueille en résidence de création, l’objet des Étapes musicales Pitchoun est à la fois de confronter les enfants au processus de création artistique, et de (...)

 

Tables rondes et rencontres

Le Chantier propose régulièrement des tables rondes et moments de réflexion autour de thématiques inhérentes aux musiques du monde et à la création. Les Tables Rondes des Joutes musicales « (...)

Réflexion

La création, dans le champ des musiques traditionnelles et du monde, relève plus du domaine de la pratique que de la réflexion, en raison de transmissions le plus souvent orales. L’objet du (...)

 

Equinòxis : Festival des voix

Chaque année, le Chantier met en place des ateliers et actions, notamment autour de la transmission orale. Inspiré des rencontres de chorales organisées ces quelques dernières années, le chœur (...)